Sélectionner une page

Une journée d’anniversaire à Amsterdam

Christophe Bruynix

28 avril 2018 | 0 commentaires

Pour mon anniversaire, Celle que j’aime m’a emmené une journée à Amsterdam. Au programme : une boutique de déco, un escape game, un musée, un bar à chocolat, un bar à cocktail et une longue déambulation photographique.

J’ai commencé cet article avec l’intention de seulement détailler les 5 adresses remarquables de notre city-trip d’anniversaire. Mais je ne peux pas m’empêcher de partager mes impressions sur le parcours photographique.

Je n’ai toujours pas trouvé mon style de photographie de rue. Longtemps, j’ai fait de la photo carte postale jusqu’à ce qu’on me fasse remarquer que c’était joli, mais ça manquait de coeur. Depuis je me suis fixé d’autres règles. Tant pis pour les guides touristiques, il faut mettre en évidence l’émotion plus que le décor.

Il y a encore des moment où je ne suis plus capable de dire rétrospectivement ce que je cherchais dans un cliché. Une absurdité éphémère ? Le vent ? Une ambiance sonore ? Le passage du temps ? Mais dans l’ensemble, je commence à être à l’aise avec mes instincts.

Amsterdam est une ville rassurante si on doute de ses compétences. Son ambiance se retrouve partout, si bien que l’on peut photographier de petits détails et toujours la reconnaître. On peut y expérimenter et se planter, on retombe quand même sur un minimum satisfaisant.

Celle que j’aime, des vélos, des canaux… Amsterdam !
L’Homomonument commémore tous les hommes et femmes victimes de persécutions en raison de leur homosexualité
J’ai l’impression d’avoir fait des progrès avec le portrait en situation. La composition vient plus naturellement et je parviens à mettre mes modèles à l’aise pour capturer les petits détails qui font l’émotion.

Je n’ai pas encore assez confiance en moi pour tirer le portrait d’inconnus. Les patrons de The Otherist et de Chocolátl posant dans leur boutique dont je parle plus bas auraient fait de bons sujets mais je ne leur ai même pas demandé. Mes restes de timidité reprennent le dessus tant que mon travail photographique n’est pas professionnalisé. J’avoue que je ne sais toujours pas comment aborder le sujet s’il n’y a pas d’échange commercial. Si vous avez des expériences à partager sur le sujet, vous êtes les bienvenus.

Assez parlé de moi. Il est temps d’explorer les 5 adresses recommandées du jour.

1. The Otherist

Je le dis sans exagération: the Otherist est mon magasin préféré sur la planète. Cette boutique de déco représente le mieux mes aspirations, comme si elle était directement connectée aux zones les plus profondes de mon cerveau. A la fois chambre d’enfant, cabinet des curiosités, jardin botanique, école de chirurgie, musée océanographique, forge des Nains, elle exerce la même attraction sur moi que la boutique d’Ollivander sur un étudiant d’Hogwarth. La science y reste rigoureuse tout en prenant des formes fantastiques jusqu’à ressembler à de la magie. Enfant, j’avais imaginé des bibliothèques et des laboratoires qui y ressemblaient.

C’est un passage obligé à chacun de nos voyages à Amsterdam. Nous nous y allés dès la descente du train et nous y sommes restés une vingtaine de minutes. Le patron est d’une gentillesse inouïe et rallonge volontiers la discussion sur des sujets variés (ce jour-là: la cuisson du poulpe, c’est difficile). Il encourage la prise de photo et leurs publications (il utilise beaucoup instagram). Malgré cela, je n’ai pas réussi à lui demander de poser.

2. Questomatica

Double record: Amsterdam abrite aussi ma salle préférée d’escape game (et avec la cinquantaine que nous avons testées en Europe, la concurrence est rude). Questomatica (ex-Claustrophobia) se distingue de toutes les autres par l’originalité de ses sujets, ses décors dépaysants et la mécanique tordue de ses puzzles (il n’y a ni cadenas, ni clé). Le système de jeu impose une collaboration à chaque minute. Les scénarios ne sont pas difficiles, mais ils marquent l’esprit grâce à leur mise en scène et à leur ambiance positive.

Questomatica n’a qu’un défaut: c’est la meilleure salle et toutes les autres qu’on teste par la suite sont décevantes.

Il y a 18 mois nous avions fait la chambre d’enfant (wake up!). Cette fois-ci, nous avons été invités à rentrer dans le monde des jeux vidéo années ’80 (arcade invasion). Nous sommes sortis en 56 minutes. Je ne peux pas en dire plus pour ne pas spoiler. Je ne peux que recommander de tester Questomatica, même si le prix est un peu plus élevé qu’ailleurs.

3. Het scheepvaart museum

Nous n’avions qu’une heure dans le coin, pas assez pour visiter le musée correctement. Je me suis contenté de la photo carte postale de son navire-expo, magnifié par le ciel changeant. Promis, lors du prochain séjour, nous prendrons une demi-journée pour l’explorer de long en large. Et c’est en toute confiance que je le recommande même sans l’avoir visité !

4. Chocolátl

La découverte du jour. Nous marchions l’appareil-photo à la main pour tuer le temps avant notre dernière étape et nous sommes tombés sur l’enseigne à la craie du Chocolátl qui vantait un “FABULEUX CHOCOLAT CHAUD”.

A l’intérieur, le patron ne s’est pas contenté de nous énoncer ses variétés. Il nous a convié à suivre une expérience sensorielle: avant de commander, il fallait regarder un bloc de chocolat, le toucher, le casser, le humer, le croquer, le laisser fondre sur la langue et décrire les sensations. A chaque étape, il étendait son explication sur les origines et la composition.

Conquis, nous avons chacun commandé notre tasse. Celle-ci était minuscule mais l’expérience globale était inoubliable. J’ai eu droit à un cours de dégustation et j’ai bu le meilleur chocolat chaud de mon existence pour seulement 3€. 

Lorsque j’ai pris la photo des tasses, le patron s’est précipité pour me proposer de me resservir le chocolat sans le laisser couler sur le bord. “Surtout pas, c’est ce qui rend la photo intéressante !” – ai-je répondu.

Celle que j’aime attend impatiemment son FABULEUX CHOCOLAT CHAUD

5. Tales & Spirits

J’aurais pu commander un Utinni! juste pour crier son nom à la manière d’un Jawa. Mais non. Je ne bois pas une goutte d’alcool. A la place, j’ai pris une limonade maison “victorienne” et j’ai laissé Celle que j’aime asticoter le serveur et le barman pour faire son choix. La discussion est partie hors-piste quand j’ai entendu “oui mais lequel donnera mieux sur Instagram?”

La commande a pris du temps mais au moins nous avons bien ri.

People make Glasgow

Ne vous fiez pas à l’air décrépit de Glasgow. Portée par sa population énergique, c’est une ville débordante de vie, créative et diablement photogénique !

Photographier Brigitte à l’AB avec un iPhone

Le passage de Brigitte à l’Ancienne Belgique m’a donné l’occasion de faire le point sur la prise de photo pendant un concert. Aussi petit et dépassé soit-il mon vieil iPhone 5s continue à faire du très bon travail. 

Samedi, c’est zombie

Photographier des zombies en train de danser ou de jouer au foot dans le Parc Royal est un très bon moyen d’occuper un samedi de printemps ensoleillé à Bruxelles.

Pin It on Pinterest

Share This